SERVICE DE TRADUCTION DE/VERS LE TCHÈQUE

POUR DES TRADUCTIONS À DESTINATION DE LA RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

Pourquoi choisir ITC pour vos traductions en tchèque ?

En tant que société de traduction, un des objectifs d’ITC est de favoriser les échanges et la communication par la diversité linguistique en offrant des services de traduction multilingue. ITC travaille ainsi avec des traducteurs tchèques professionnels et expérimentés pour fournir à ses clients des traductions en tchèque de la plus haute qualité tout en satisfaisant leurs attentes et en respectant leurs demandes et instructions.

Historique de la langue : traduction en tchèque

Le tchèque est une langue slave occidentale parlée par plus de 10 millions de personnes. De plus, il s’agit de l’une des langues officielles de l’Union Européenne ainsi que la langue officielle de République Tchèque. La majorité des personnes parlant tchèque habitent dans ce pays.

Vers le sixième siècle, une tribu de Slaves est arrivée dans une région d’Europe de l’Est. Selon la légende, un héros nommé Čech était à la tête de cette tribu. C’est d’ailleurs de son nom que vient le mot tchèque. Les missionnaires Constantin et Méthode ont ensuite introduit l’alphabet latin dans les langues slaves occidentales, qui ne disposaient jusque-là d’aucun système d’écriture. Au treizième siècle, la langue avait évolué jusqu’à devenir ce qu’on appelle dorénavant l’ancien tchèque, se détachant totalement des autres langues slaves. Plus tard, au quatorzième siècle, Jan Hus a grandement contribué à la standardisation de l’orthographe tchèque en préconisant l’alphabétisation de tous les citoyens tchèques et en tentant déjà de baser le système d’écriture tchèque sur les différentes variétés orales. À la suite de la défaite des Tchèques lors de la Bataille de la Montagne-Blanche en 1620, les droits d’impression, linguistiques et politiques de Bohême ont été supprimés, ce qui signifiait que la langue tchèque ne disposait ni d’une réglementation officielle, ni d’un appui gouvernemental. Par conséquent, l’allemand a rapidement dominé la Bohême. Cependant, au milieu de dix-huitième siècle, le tchèque a connu un renouveau, que l’on appelle le Renouveau national du tchèque. Lors de cette période, les universitaires tchèques ont mis en avant les accomplissements de leur peuple et ont fait campagne pour que le tchèque redevienne la langue écrite de la haute culture. Depuis, le tchèque a peu évolué mis à part quelques changements morphologiques ainsi que l’introduction de quelques expressions familières dans la langue formelle.

Spécificités de la langue tchèque

Le vocabulaire tchèque provient principalement de ses racines slaves, baltes et indo-européennes. En tchèque, la plupart des emprunts proviennent de l’allemand, du grec ou du latin. De nouveaux emprunts sont arrivés dans la langue au cours de ces dernières années, principalement des mots anglais et français. Certains mots tchèques sont utilisés en anglais et dans d’autres langues, comme par exemple robot ou encore polka.

Les noms, verbes et adjectifs tchèques se déclinent par des procédés phonologiques qui permettent de modifier leurs significations et leurs fonctions grammaticales. En tchèque, les déclinaisons sont particulièrement complexes et nombreuses. Elles sont en effet différentes en fonction du cas, du genre et du nombre des noms et selon le temps, l’aspect, le mode et la personne ainsi que le nombre et le genre des sujets des verbes. Les phrases négatives se forment habituellement en ajoutant simplement l’affixe ne- au verbe.

Le tchèque possède l’une des orthographes les plus phonétiques et les plus simples de toutesles langues européennes : ses trente-et-un graphèmes représentent trente sons et ne contiennent qu’un seul digraphe : ch, qui apparaît à la suite de « h » dans l’alphabet. Le caron (ˇ), qui se place sur certaines lettres, permet de créer de nouveaux caractères : šž et č, ainsi que ňěřť et ď, qui sont rarement utilisés dans les autres langues. À la différence de nombreuses langues européennes, le tchèque fait la différence entre les voyelles longues, qui sont indiqués par un accent aigu, et les voyelles courtes, qui ne prennent pas d’accent. Une autre particularité est que seule la première lettre des noms propres de plus d’un mot prend une majuscule, comme par exemple dans Pražský hrad (Château de Prague). Cette règle ne s’applique cependant pas aux noms de personnes ou de lieux.

Retour vers toutes les langues

Les commentaires sont fermés