5 langues en voie de disparition

02/08/16

5 LANGUES EN VOIE DE DISPARITION

En 2015, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a fait une déclaration qui laisse à réfléchir. Ils ont en effet déclaré qu’étant donné que les langues peu communes sont de moins en moins utilisées, d’ici à fin 2100, au moins 50 % des langues parlées actuellement vont disparaître. Cette estimation est malgré tout optimiste, mais certaines projections le sont moins et indiquent un pourcentage de 90 %. On comprend aisément pourquoi. Avec l’avancée de la mondialisation, de plus en plus de personnes adoptent une « lingua franca » ou une langue d’affaires et de travail efficace.

Le chinois, l’espagnol et l’anglais sont bien sûr fréquemment choisis. Des milliers de langues risquent désormais de disparaître de notre mémoire historique et culturelle. En voilà quelques-unes :

Masalit

Cette langue était parlée par le peuple masalit du Darfour-Occidental au Moyen-Orient. Le masalit est victime de l’impérialisme culturel régional. En effet, l’arabe est devenu la langue la plus parlée de la région. Même si la population masalit atteint le nombre respectable de plusieurs dizaines de milliers de personnes, moins de 10 ressortissants parlent couramment masalit.

Thao

Cette langue est parlée par une tribu d’aborigènes taïwanais originaire de la région de Sun Moon Lake, au centre de Taïwan. Seules les personnes âgées de la tribu parlent couramment thao et cette langue ne comptait plus que 6 locuteurs dans les années 2000, dont un seul était âgé de moins de 60 ans. En 2014, deux des membres les plus âgés sont décédés, ce qui a réduit le nombre de locuteurs à 4.

Susuami

Cette langue est parlée en Papouasie-Nouvelle-Guinée dans le Pacifique Sud. Les locuteurs du susuami appartiennent à une tribu nomade qui s’est regroupée avec d’autres tribus au sein d’un nouveau village. Le fait que cette langue est peu répandue et en conflit avec d’autres langues du même village a découragé les nouvelles générations de l’apprendre. En 1990, seules 50 personnes parlaient couramment susuami. Ce nombre a chuté à 10 en 2000.

Rembarrnga

Ce dialecte originaire d’Australie est menacé de disparition et parlé par les aborigènes de la région de la rivière Roper dans le Territoire du Nord. Les enfants n’apprennent plus cette langue, et à l’image du susuami, la concurrence avec les dialectes aborigènes parlés par d’autres tribus de la région décourage son apprentissage. Deux villes comptent une petite population de locuteurs, mais ils sont moins de 50. Tout est mis en œuvre pour préserver la langue grâce à un dictionnaire et à d’autres ressources linguistiques.

Wichita

Le wichita est une langue originaire des États-Unis et plus précisément de la tribu wichita, qui était établie dans les régions de l’Oklahoma et du Kansas avant la conquête de l’Ouest par les Américains. Aujourd’hui, seule une personne parle couramment wichita, une femme appelée Doris McLemore née en 1927. Malgré son âge, Doris McLemore n’est pas retraitée : elle est enseignante et tente de donner un second souffle à sa langue au moyen de cours.