SERVICE DE TRADUCTION DE/VERS LE CORÉEN

POUR DES TRADUCTIONS À DESTINATION DE LA CORÉE

Pourquoi choisir ITC pour vos traductions en coréen ?

ITC, société de traduction multilingue a développé au fil des années un partenariat avec des traducteurs et linguistes coréens expérimentés et hautement qualifiés afin d’anticiper et de satisfaire les demandes de ses clients. ITC Traductions est aujourd’hui en mesure de fournir des services de traduction de qualité à partir et vers le coréen pour de nombreux secteurs d’activités.

Historique de la langue : traduction en coréen

Le système d’écriture chinois est utilisé en Corée depuis plus de 2 000 ans et notamment durant l’occupation chinoise de la Corée du Nord entre 108 av. J-C et 313 apr. J-C. Au 5ème siècle apr. J-C, les Coréens ont commencé à écrire en chinois classique, l’exemple le plus ancien datant de 414 apr. J-C. Trois systèmes d’écriture du coréen ont ensuite été créés.La langue coréenne est apparue lors des premiers siècles de l’ère commune et utilisait alors l’alphabet chinois. L’alphabet hangeul n’est apparu qu’au 15ème siècle, au cours de la période du moyen coréen.

Les Coréens ont emprunté un nombre très important de mots chinois, donné des prononciations et/ou significations coréennes à certains caractères chinois et ont également inventé environ 150 nouveaux caractères, la plupart d’entre eux étant rarement utilisés ou apparaissant uniquement dans les noms de personnes ou de lieux.

L’alphabet coréen a été inventé en 1444 et promulgué en 1446 sous le roi Sejong (1418-1450), quatrième roi de la dynastie Joseon. À l’origine, on appelait cet alphabet le Hunmin jeongeum ou « sons répondant à la demande du peuple » mais il est également connu sous le nom d’Eonmeun (alphabet du peuple) et Gukmeun (écriture nationale). Le nom actuel de cet alphabet, Hangeul, lui a été donné par un linguiste coréen nommé Ju Si-gyeong (1876-1914). En Corée du Nord, cet alphabet est connu sous le nom de 조선글 (josoen guel).

 

Spécificités de la langue coréenne

Le coréen est similaire aux langues altaïques dans le sens ou certains éléments grammaticaux n’existent pas, comme par exemple les articles ou encore les pronoms relatifs. Depuis la publication d’un article de Ramstedt en 1928, certains linguistes [5] soutiennent que le coréen peut être considéré comme une langue altaïque ou qu’elle tire son origine des langues proto-altaïques. Les linguistes s’accordent toutefois à dire que des ressemblances typologiques ne permettent pas de prouver que plusieurs langues ont les mêmes racines [6] étant donné que ces spécificités sont faciles à emprunter.

Retour vers toutes les langues

Les commentaires sont fermés