SERVICE DE TRADUCTION DE/VERS LE BULGARE

POUR DES TRADUCTIONS À DESTINATION DE LA BULGARIE

Pourquoi choisir ITC pour vos traductions en bulgare ?

ITC Traductions, société de traduction implantée en France et en Floride, fait la promotion de la diversité linguistique. ITC compte parmi ses traducteurs des linguistes bulgares qualifiés pour satisfaire vos besoins en traduction depuis ou vers le bulgare dans tous les domaines, tels que les secteurs juridique, médical, marketing ou technique.

Historique de la langue : traduction en bulgare

Le bulgare est une langue slave méridionale faisant également partie de la famille indo-européenne. Il s’agit de la première langue slave jamais écrite. Les documents les plus anciens remontent au IXe siècle. Ils sont écrits en alphabet glagolitique, qui fut inventé par Saints Cyrille et Méthode. Au cours des siècles suivants, l’alphabet glagolitique a progressivement été remplacé par une version ancienne de l’écriture cyrillique, inventée en Bulgarie à la fin du IXe siècle.

Le bulgare est la langue maternelle d’environ 8 millions de personnes en Bulgarie et dans certaines régions de la Grèce, la Hongrie, la Roumanie, la Moldavie, la Serbie, la Turquie et l’Ukraine, ainsi que dans les communautés immigrées du monde entier.

L’histoire du bulgare se divise en trois périodes principales :

  • Le veux-bulgare, du IXe au XIe siècle
  • Le moyen-bulgare, du XIIe au XVIe siècle
  • Le bulgare moderne, du XVIe siècle à aujourd’hui

Le vieux-bulgare, également appelé vieux slavon d’église (désignation privilégiée au niveau international), était la première langue littéraire et liturgique ayant plus tard été répandue aux autres nations orthodoxes, incluant les russes et les serbes. La conquête ottomane de la Bulgarie de 1396 a considérablement ralenti le développement des traditions littéraires bulgares pendant plusieurs siècles. Les périodes du début et du milieu de l’ère moderne ont probablement vu les changements structurels les plus importants de l’histoire de la langue. Cependant, les pratiques scribales conservatrices rendent difficile l’interprétation des preuves textuelles existantes antérieures au XVIIe siècle. Cette transformation a impliqué un changement général, faisant passer le bulgare d’une langue hautement synthétique à une langue principalement analytique.

Spécificités de la langue bulgare

La version bulgare de l’alphabet cyrillique comporte 30 lettres. L’orthographe est généralement proche de la prononciation, bien qu’il existe certaines exceptions à la règle. L’accentuation en bulgare ne répondant pas à une règle précise, il est nécessaire d’apprendre individuellement la façon dont chaque mot est accentué. Tout comme les autres langues slaves, les noms sont classés selon trois genres : masculin, féminin et neutre. Les adjectifs, pronoms et participes doivent être accordés en genre et en nombre avec le nom auquel ils se rapportent. Le bulgare se démarque des autres langues slaves dans la mesure où, tout en préservant et en enrichissant le système de temps et d’aspects verbaux du vieux-bulgare / vieux slavon d’église et en utilisant diverses négations, cette langue a presque totalement abandonné les nombreuses désinences casuelles nominales. À l’instar de l’anglais, le bulgare utilise des prépositions, plutôt que des cases (comme le russe), pour indiquer les relations grammaticales entre les mots d’une phrase. En revanche, contrairement à l’anglais, la syntaxe demeure relativement libre. À la différence de la plupart des autres variantes slaves, le bulgare place un article défini à la suite du premier mot accentué de la locution nominale. Il s’agit d’une caractéristique typique de la région linguistique des Balkans. De plus, cette langue ne comporte pas d’infinitifs et a inventé les formes verbales de la narration indirecte, afin de raconter des événements auxquels la personne qui s’exprime n’a pas directement assisté. Malgré ces idiosyncrasies, le bulgare s’apparente tout de même aux autres langues slaves à de nombreux égards.